type etablissement association loi 1901
Fontenay-le-Comte tel fax
janvier 2009
Apocalypse en Brière
Article rédigé par Ragon Annie le 29 janvier 2009

EXTREME KRAPADOS DEIZ OU APOCALYPSE EN BRIERE

JPEG - 25.7 ko
le logo de l’épreuve

Bien affutés, Philipe, Vincent, Cyril et Didier se sont inscrits sur ce trail de 67 km autour du parc de la Brière, tandis que Marie-Jo, Pascale et moi allons faire la distance en 3 relais. Je me suis jointe au groupe au dernier moment, je n’ai pas la préparation requise, mais j’accepte de sauver l’équipe. Après tout, la Brière, ça doit être joli ! C’est tout plat, seulement 150m de dénivelé positif, alors je tente l’aventure.

Après m’être documentée sur la région, j’apprends que la Brière est le 2ème marécage de France. Labyrinthes d’eau, d’ étangs, de canaux, de tourbières, de roselières qui abritent de nombreuses espèces d’oiseaux . Ça ressemble à un véritable paradis à seulement 2h30 du Sud Vendée.

Vendredi 29 novembre, nous prenons donc la direction de St Lyphard, en mini-bus, sous une pluie battante (ça commence bien !). Le moral des troupes est au beau fixe. 5h30 samedi matin, après une nuit dans une chaumière, nous partageons un petit déjeuner sportif, puis rendez-vous au lieu de départ. Il y a une centaine de coureurs inscrits sur le 67km et 2 relais. A 8H, je prends le départ du 1er relais avec les coureurs de la grande boucle. Il fait encore très sombre, mais le jour va très vite se lever. Dès le début on est dans l’ambiance de la course, gadoue, gadoue et encore gadoue. Ça glisse, ça patine. Nous traversons un champ labouré par les sangliers, puis c’est la traversée d’une tourbière, avec de l’eau glacée jusqu’au ras des fesses. L’eau est noire et nauséabonde, on a l’impression de barboter dans du purin. Au sortir de l’eau, j’ai les jambes congelées, tétanisées, je ne sens plus mes pieds. Mais il faut surtout vite se remettre à courir, bouger les orteils et relancer la machine. On n’a pas le temps de sécher qu’il faut y retourner.

Mais qu’est ce que je suis venue faire là ?

On nous avait prévenus que le terrain serait très boueux mais j’étais loin d’imaginer ça. Nous avons quand même quelques passages un peu plus secs mais le terrain est défoncé et il faut sans cesse avoir les yeux rivés au sol pour ne pas chuter. Je ne risque donc pas de voir les oiseaux, et de toute façon avec ce froid ils ne sont pas là, sans doute se sont-ils réfugiés dans les touffes de roseaux à la recherche d’un abri ? C’est vraiment pas une journée à mettre les plumes dehors !

JPEG - 55.1 ko
Je vais bientôt pouvoir m’entraîner pour le triathlon

A l’approche d’un grand champ inondé un commissaire me montre où je dois passer pour ne pas trop m’enfoncer. Le coureur qui est à 20m devant moi me sert de guide, mais soudain, je le vois tomber dans un trou et il se retrouve avec de l’eau jusqu’à la taille. Impossible de voir où l’on pose les pieds, alors je joue la prudence extrême en assurant chacun de mes pas. Un peu plus loin, un coureur cherche sa chaussure engloutie dans la " gasse ". C’est un peu l’apocalypse ! Je m’encourage en me disant que tout le monde est dans la même galère, mais 23km, quand il fait gris, que l’on a froid, que l’on est trempé et que l’on est parfois seul, c’est très long. Avec les glissades, les appuis fuyants, les pieds enfoncés dans la glaise, les cuisses commencent à faire très mal. L’eau de mon bidon est froide et me glace l’estomac. Je " cours toujours ", mais je rêve de vin chaud et de bouillotte... !

Si j’avais su, je s’rais pas venue ! Mais les filles comptent sur moi et m’attendent, dans le froid elles aussi. COURAGE ! 23ème km, j’aperçois Marie-Jo et Pascale, ça y est c’est la fin de mon calvaire. A Marie-Jo de jouer ! Pour le dernier relais de 27km, Pascale va avoir droit à un départ glacial car le passage du témoin se fait au bord d’un gué dans lequel elle plonge dès l’arrivée de Marie-Jo.

On a bouclé la boucle en 8h08 et pour arroser ça, faute de champagne, on a débouché une bouteille de Badoit... ! Bravo aux garçons qui ont couru, entre 67 et 70 km, suivant les GPS. La Brière restera pour nous tous une aventure inoubliable... !

JPEG - 84.3 ko
L’équipe des kra kra doz deiz

Annie

Forum
contactez-nous : Cours Toujours85
Site hébergé par FREE - Paris
- Ce site utilise le squelette webetab version version webetab -